8 histoires que vous ne connaissiez pas sur les Sophrologues à Montpellier

Sophrologue à Montpellier

8 histoires que vous ne connaissiez pas sur les Sophrologues à Montpellier

Dans notre société hyperconnectée, hyper exigeante, il est parfois difficile de trouver un temps pour soi. Débordé par nos émotions, fatigué, en manque de confiance en nous et en la vie…nous somme comparable souvent a des robots effectuant continuellement les mêmes tâches au quotidien. Accordons-nous un temps pour Ralentir, Respirer, Ressentir ! Il en va de notre santé. La sophrologie est la science qui est faite pour nous y aider.

La sophrologie la science pour la survie

La Sophrologie est une science fabuleuse qui utilise des techniques de respiration, relaxation, méditation et visualisation pour vous apprendre à gérer vos émotions, à mobiliser vos ressources, à mieux vous connaitre, pour gagner en autonomie et liberté et mieux appréhender les aléas de la vie. Créée en 1960 par le Dr. Caycedo, neuropsychiatre, la sophrologie : Science de la Conscience, est une synthèse de techniques orientales (yoga, méditation…) et de relaxation occidentale.

La sophrologie est un chemin vers soi qui favorise l’autonomie en permet à chacun de trouver des énergies ressources en lui-même, pour s’apaiser, se réparer, s’équilibrer. Adapter pour tous, du plus jeune au plus vieux, personne n’est écarter. La sophrologie s’adresse de manière générale aux personnes qui vivent des situations compliquées de stress et de difficultés au quotidien, elle permet de relâcher les tensions du corps et d’apaiser le mental. Cliquez ici, pour en savoir plus.

Les courants de la sophrologie

Il y a plusieurs types d’écoles, plus ou moins proches de la sophrologie caycédienne. A savoir :

  • Les écoles caycédienne : elles sont affiliées à la fédération fondée par Alfonso Caycedo, en en respectant tous les principes et piliers.   
  • Les écoles d’inspiration caycédienne : elles s’inspirent de l’enseignement de Caycedo, suivent ses grandes techniques et philosophies, mais ont cependant choisi de ne pas faire partie de la fédération du concepteur, et ainsi ne sont pas soumises aux obligations conséquentes.
  • Les écoles non caycédiennes : en majorité, il s’agit d’écoles qui ont été développées par d’anciens acolytes de Caycedo, mais qui se sont éloignés de la sophrologie de base à cause de désaccords.
  • Les écoles de pseudo-sophrologie : ce sont des écoles assez éloignées de la sophrologie moderne, et qui mélangent les anciennes bases de la sophrologie avec de la relaxation, de l’hypnose, des techniques de visualisation, de psychologie, énergétiques… et prendre un peu de distance avec cette école.  

Dans ces écoles, les praticiens peuvent choisir d’adapter la sophrologie à leurs patients. Ainsi, on peut trouver des sophrologies plutôt orientée vers :

 

  • L’hypnose. On utilise beaucoup dans cette technique l’induction, tout en se concentrant sur les symptômes. 
  • La relaxation. Pratiquée assise ou bien allongée, accompagnée ou non par une musique relaxante, elle laisse une grande place à la parole, au discours du praticien, qui permet d’atteindre un état de relaxation intense et hypnotique, privilégiant la détente et le lâcher-prise.  
  • La phénoménologie. Ici, c’est l’expérience individuelle qui est placée au centre de l’exercice.
  • L’énergétique. Il s’agit surtout de parvenir à mobiliser l’énergie du pratiquant pour le libérer de l’accumulation de tensions, à la fois physiques et émotionnelles. 
  • Vers le comportement. Le maître-mot ici est l’efficacité. Il s’agit de résoudre un problème précis.
  • Vers les techniques orientales. Ce type de sophrologie est davantage orienté vers la méditation et la psychologie intégrative, et est très inspiré du yoga et du zen.

Branche de la sophrologie

On peut définir deux grandes branches de sophrologie :

  • La sophrologie clinique. C’est celle que l’on peut considérer comme étant à l’origine de la sophrologie.
  • La sophrologie sociale. C’est une technique de développement personnel très utilisée par tous ceux qui souhaitent améliorer leur bien-être quotidien, en dehors d’un cadre thérapeutique.

 

Laisser un commentaire